LOADING

A l’occasion de son exposition « Faire son temps » au Centre Pompidou, Christian Boltanski a été interviewé sur ses oeuvres. Une plongée passionnante dans une réflexion sur l’identité personnelle, l’héritage, la trace. Christian Boltanski parle notamment des boites de biscuits , utilisées dans une oeuvre géante, bien antérieure à « Amélie Poulain » !

« La boite de biscuits m’a toujours beaucoup intéressé.(…) c’est un objet tout à fait minimaliste (…) et en même temps c’est le coffre fort du pauvre, là où notre grand-mère mettait ses lettres précieuses, et peut-être une fleur qu’elle avait eue au moment d’un bal. C’est là où les enfants gardent leurs petits souvenirs.(…) Cet objet qui est totalement simple et minimal est aussi très chargé de manière sentimentale. (…) Je pense toujours qu’il ne faut pas que les gens découvrent mais qu’ils reconnaissent. Je souhaite que dans mon travail ils reconnaissent toujours quelque chose qu’ils ont eu, qu’ils ont connu et aimé.(…) On ne peut parler que de ce que l’autre sait. Sinon, on n’a pas les mots et on ne peut pas se comprendre ».

Lire la suite sur Linkedin